DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran franchit la ligne rouge, la diplomatie européenne mise à mal

Vous lisez:

L'Iran franchit la ligne rouge, la diplomatie européenne mise à mal

Taille du texte Aa Aa

Des ingénieurs en blouse blanche entourant un baril de poudre de minerai d’uranium. Ce sont les acteurs d’un scénario que la communauté internationale qualifie de “crise grave” : la reprise par l’Iran de ses activités de conversion et d’enrichissement de l’uranium sur le site d’Ispahan,habituellement ultra-confidentiel. Un événement pourtant largement médiatisé par l’Iran, preuve du sentiment de bon droit qui domine à Téhéran.

La reprise de l’activité est certes partielle, mais à l’agence internationale de l‘énergie atomique, à Vienne, on relève déjà une infraction. Sa porte-parole, Melissa Fleming. “Ils ont redémarré l’activité après l’installation des caméras, mais avant la période de test de 24 heures que nous avions demandée.” Des cameras de télé-surveillance et des capteurs : les inspecteurs de l’agence de Vienne veulent tout savoir de ce qui entre et de ce qui sort d’Ispahan. Un dispositif qui, sur place, ne semble embarrasser personne. La collaboration avec l’AIEA reste relativement bonne, mais fragile… comme en témoigne le porte-parole du Conseil national de sécurité iranien, Ali Agha Mohammadi. “D’abord, les inspecteurs ont pu installer leurs caméras, qui fonctionnent désormais, et la partie de la centrale qui a redémarré n‘était plus sous scellé. Nous n’avons rompu aucun scellé.” Téhéran qui tient tête à l’AIEA, mais surtout qui a mis à mal la diplomatie européenne. Jusqu’au bout, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni aurontprivilégié la solution négociée, via une offre d’assistance technologique.En vain, le ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer semble totalement débordé par la fin de non-recevoir iranienne. “Je pense que l’Iran devrait comprendre qu’il s’agit d’un pas dans la mauvaisedirection.” Humiliés, les Européens le sont à plus d’un titre : les Etats-Unis, qui soutenaient faiblement l’initiative européenne, vont reprendre la main. Washington a d’ores et déjà demandé que les Nations Unies soient saisies.