DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sri Lanka : la guérilla nie avoir assassiné le ministre Kadirgamar

Vous lisez:

Sri Lanka : la guérilla nie avoir assassiné le ministre Kadirgamar

Taille du texte Aa Aa

Montrée du doigt par la police sri-lankaise, la guérilla séparatiste tamoule dément tout implication dans l’assassinat vendredi soir du ministre des Affaires étrangères, Lakshman Kadirgamar. Les Tigres de libération de l’Eelam Tamoul (LTTE) enfoncent le clou : ils conseillent au gouvernement de faire le ménage dans ses troupes pour retrouver les auteurs du meurtre parmi ceux qui tentent de saboter le processus de paix.

Les Tigres de libération de l’Eelam Tamoul luttent pour l’autonomie du nord de l‘île depuis plus de trente ans. Bilan : 60 000 morts. Un cessez-le-feu a été signé en février 2002. Des négocations, menées sous l‘égide de la Norvège, sont dans l’impasse depuis 2003. Lakshman Kadirgamar, un Tamoul né il y a 73 ans, a été tué de sept balles alors qu’il était à son domicile, à Colombo. Après la mort du fonctionnaire de l’Etat le mieux protégé avec une centaine de gardes du corps à sa disposition, les services de sécurité sont sur la sellette. Le voisinage n’aurait pas été contrôlé, une arme à feu et six cartouches ont été retrouvées non loin de la maison de la victime, un trépied à fusil était installé dans une demeure voisine. L‘état d’urgence a été décrété pour une durée indéterminée.