DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sri Lanka : la trêve menacée par l'assassinat du chef de la diplomatie

Vous lisez:

Sri Lanka : la trêve menacée par l'assassinat du chef de la diplomatie

Taille du texte Aa Aa

Lakshman Kadirgamar, le ministre des Affaires étrangères srilankais, a été tué de sept balles vendredi soir à son domicile. Tous les experts s’alarment d’un possible retour de la guerre civile. Le Sri Lanka a décrété l‘état d’urgence. La police et l’armée accusent les rebelles séparatistes tamouls.

Mais les Tigres de libération de l’Eelam Tamoul, avec qui Colombo a signé un cessez-le-feu en février 2002, démentent cette version des faits. Dans un communiqué publié sur Internet, ils pointent du doigt le gouvernement qui, selon eux, doit regarder “en son sein” pour trouver les auteurs de l’assassinat. Alors que la population découvre la nouvelle, ce politologue srilankais s’inquiète : “L’assassinat de Lakshman Kadirgamar va évidemment renforcer la position des durs qui affirment que les Tigres de libération de l’Eelam Tamoul n’ont pas du tout changé, et que ce n’est vraiment pas la peine de négocier avec une organisation comme celle-ci”. Le combat des rebelles tamouls pour l’autonomie du nord-est de l‘île a fait plus de 64 000 morts depuis 1983. A Colombo et à l‘étranger, la tension est palpable, renforcée par l’impasse dans laquelle se trouvent les négociations de paix depuis deux ans et la récente recrudescence des violences.