DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crash aérien meurtrier en Grèce

Vous lisez:

Crash aérien meurtrier en Grèce

Taille du texte Aa Aa

Pas de survivants, et la piste de l’accident privilégiée, après le crash d’un avion chypriote. Un Boeing 737 de la compagnie Helios Airways s’est écrasé à la mi-journée à une quarantaine de kilomètres au nord-est d’Athènes.

L’appareil avait décollé de Larnaca à Chypre ; après une escale dans la capitale grecque, il devait se rendre en République tchèque. Le bilan s’annonce très lourd : 115 passagers et 6 membres d‘équipage se trouvaient à bord. Selon le Premier ministre tchèque, Jiri Paroubek, 80 enfants grecs se trouveraientparmi les victimes. Ils regagnaient Athènes après un séjour à Chypre. Les pompiers ont très vite localisé les débris de l’avion et éteint l’incendie provoqué par le crash. Des premiers corps ont été retrouvés. La destination finale de ce vol charter laisse également supposer que de nombreuses victimes sont tchèques. Au total, quelques 160 sauveteurs – 120 pompiers et une quarantaine de secouristes – seraient déployés sur place. Le Boeing s’est écrasé sur une zone boisée, inhabitée, à proximité de la localité de Varnava. Cet accident serait du à une panne de pressurisation. Cette piste est corroborée par deux points : tout d’abord, les pilotes des deux F16 grecs qui ont pu escorter l’appareil juste avant sa chute ont indiqué que le commandant et son co-pilote leur avaient semblé inconscients, affalés dans le cockpit. Deuxièmement, un passager aurait envoyé un SMS à l’un de ses cousins, message dans lequel il aurait affirmé qu‘à l’intérieur du Boeing, “tout le monde était en train de geler”. Enfin, la police grecque a indiqué que le pilote de l’appareil avait contacté la tour de contrôle d’Athènes, quelques minutes avant que la liaison ne soit coupée, pour faire part d’un problème de pressurisation.