DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pour les religieux juifs, la rédemption par la terre

Vous lisez:

Pour les religieux juifs, la rédemption par la terre

Taille du texte Aa Aa

Les policiers et les militaires venus pour chasser les colons ne sont pas des ennemis, mais des frères. C’est le message clair que la communauté des colons veut donner. Et les hommes au service de l‘état acceptent de prier ensemble, avant de se mettre au travail. Eviter la fracture à tout prix, semblent ils dire malgré les profondes divisions que suscite l‘évacuation des colonies.

La raison de ces constructions, le rabbin de Neve Dekalim la trouve dans la Torah : “ vous chasserez devant vous tous les habitants du pays, vous en prendrez possession et vous y établirez, car je vous ai donné ce pays pour qu’il soit votre propriété.“C’est après la guerre des Six jours en 67 qu’a vraiment commencé la politique de colonisation. Très vite la victoire d’Israel s’est imposée dans certains milieux religieux de droite comme une occasion historique de réaliser le grand Israel au sens biblique du terme. Parallèlement à l’expansionisme militaire, c’est la raison religieuse qui va progressivement fonder l’idéologie de mouvements comme le Gush Emunim, le Bloc de la foi. Le groupe fondé par le rabbin Moshe Levinger en 74 incarne l’idéologie messianique de la rédemption des juifs par la réappropriation de la terre promise par dieu à Abraham, 4000 ans plus tôt. C’est ce qu’explique ici le professeur Shalom Rosenberg : “ Leur point de vue est qu’Israel est d’une certaine manière l’endroit où nous devons retrouver Dieu, où nous devons retrouver le sacré, cela signifie que ces terres sont le lieu de la rédemption “.Toutes les colonies n’ont pas été fondées par le Gush Emunim. Certaines l’ont été pour des raisons sécuritaires ou économiques. Mais pour les sionistes religieux, quitter les terres revient à trahir les textes saints… Grand bâtisseur d’Israel, Sharon lui-même pourtant a fait marche arrière : “ Ce n’est pas un secret, comme beaucoup d’autres, je croyais, j’espèrais que nous resterions toujours à Netzarim et à Kfar Darom, a-t-il reconnu lundi dans son discours à la Nation, mais la réalité a changé dans ce pays, dans cette partie du monde, nécessitant des réajustements, des changements de positions “. Difficile de savoir si le Premier ministre israélien a vraiment été entendu par les colons… “ Celui qui nous a sauvé des attaques au mortier, des terroristes et des assassins, nous sauvera de ces politiciens. et c’est Dieu, uniquement “, dit celui-là. Deux visions d’Israel, à l’orée du troisième millénaire. Dans ce bras-de-fer israélo-israélien, une page qui se tourne, que le veuillent ou non les plus radicaux.