DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Quand colons et militaires prient ensemble

Vous lisez:

Quand colons et militaires prient ensemble

Taille du texte Aa Aa

Rester, même si l’on sait au fond que la partie est perdue. Alors prier.A Neve Dekalim, un millier d’opposants au retrait se sont retranchés dans la synagogue. Depuis l’aube, ils ont récité des prières sur l’exil des juifs, entonné des cantiques, entrecoupés de sanglots. Scènes de douleur, de colère. Le rabbin a fini par porter la Torah dans l’allée centrale, signe qu’elle va pouvoir être transférée dans une autre synagogue. Signe du départ imminent.

Les soldats ont attendu, ils disent qu’ils vont devoir intervenir. On se met d’accord. On partira à la fin de la prière. Alors en attendant, on s’enlace. Ces soldats qu’on traitait de traîtres quelques minutes auparavant rejoignent le cercle La réconciliation plutôt que l’animosité. Tous en partant n’auront qu’une pensée : revenir un jour à Neve Dekalim .