DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retrait de la bande de Gaza : avec Neve Dekalim, un symbole tombe

Vous lisez:

Retrait de la bande de Gaza : avec Neve Dekalim, un symbole tombe

Taille du texte Aa Aa

Après moults avertissements et ultimatums, un groupe de soldats et policiers israéliens force la porte de la synagogue de Neve Dekalim. Un bastion des opposants au retrait de la bande de Gaza est en passe de tomber.Depuis près de 48 heures, 2.000 personnes étaient retranchées dans le lieu de culte de Neve Dekalim, la principale colonie du territoire.Après avoir tenté en vain de négocier, les forces de sécurité ont donné l’assaut. Mais un assaut sans armes et sans violence.

Un à un, les colons et les militants infiltrés qui les avaient rejoints sont transportés hors du bâtiment. Ils s’opposent une ultime fois, par des cris, des prières et des chants, puis se laissent porter hors de l‘édifice. Les 8.500 colons de la bande de Gaza avaient jusqu‘à mardi soir pour partir de leur plein gré, selon le plan de désengagement décidé par le gouvernement israélien. Pour accompagner ces évacuations et déloger les plus irréductibles, 50 000 hommes ont été mobilisés. La plus grande opération jamais menée hors temps de guerre. Ces scènes resteront à coup sûr gravées dans l’histoire d’Israël. “Un juif n’expulse pas un juif”, auront clamé pendant des heures ces hommes, dont certains étaient établis là depuis des décennies. Face à eux, des soldats tiraillés, obéissant aux ordres. La promiscuité dans la synagogue, la chaleur et le manque d’eau ont provoqué quelques malaises et pertes de connaissances. Mais à aucun moment, l’opération n’a dégénéré en affrontements violents.