DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Proche-Orient : l'évacuation d'Atzmona se déroule dans le calme


monde

Proche-Orient : l'évacuation d'Atzmona se déroule dans le calme

Plus d’un millier de soldats et de policiers israéliens se sont déployés sans arme dans la colonie d’Atzmona afin de l‘évacuer ce dimanche. Les forces de l’ordre ont notamment pris position autour de la synagogue pour empêcher les opposants de s’y retrancher. Le mot d’ordre est sensibilité. Poliment, les policiers frappent aux portes des maisons pour demander aux colons de sortir.

La colonie d’Atzmona dans la bande de Gaza compte près de 400 habitants. Ils avaient été rejoints par quelque 200 activistes de droite venus les soutenir. L‘évacuation s’est déroulée dans le calme. Les colons n’ont finalement opposé qu’une résistance très symbolique certains portant des étoiles de David, avant de monter dans les autobus pour partir. Dans chacune des colonies, les militaires ont été confronté à la colère des habitants, certains parfois très jeunes. Dimanche matin les forces israéliennes ont dû forcer l’entrée de l’implantation de Katif. Colons et activistes avaient incendié le portail en mettant le feu à des pneus et à des bennes à ordure. La Cisjordanie compte plus d’une centaine d’implantations. Le plan de retrait ne prévoit l‘évacuation que de 4 colonies, dont deux sont en cours. A Sanour, de violents affrontements ont opposés les forces de l’ordre aux colons. Les habitants s’en sont pris aux bulldozers et aux jeeps des militaires. Les colons ont également agressé une équipe de télévision avant d‘être dispersés par les policiers. Tsahal craint que d’autres mouvements d’hostilité éclatent à Homesh, une implantation voisine.
Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Equateur : les exportations de pétrole suspendues à cause de manifestations