DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Inondations : l'Europe se remet peu à peu

Vous lisez:

Inondations : l'Europe se remet peu à peu

Taille du texte Aa Aa

La décrue se confirme en Europe centrale et orientale, et les signes de retour à la normale se multiplient. En Suisse, où les intempéries ont fait six morts, l’autoroute A2, principal axe entre le nord et le sud du pays, a été rouverte à la circulation.

De nombreux villages de montagne restent isolés. A Berne, eau et électricité n’ont pas encore été rétablies mais les 1.100 habitants évacués du vieux quartier en début de semaine commencent à regagner leurs domiciles, tous plus ou moins désabusés de voir que les leçons du passé n’ont pas été retenues. “Je comprends parfaitement leur déception, explique Barbara Hayoz, membre de la municipalité. C’est la deuxième fois en l’espace de six ans que le quartier est inondé. Beaucoup de promesses avaient été faites, mais peu ont été tenues”. Dans le sud de l’Allemagne, l’heure est à présent au nettoyage. L’eau du Danube se retirant progressivement, les digues de sacs de sable doivent être enlevées comme à Kelheim. 30.000 personnes au total – services de secours et volontaires – travaillent ensemble pour déblayer boue et débris qui défigurent le paysage. Une fois que tout sera rentré dans l’ordre, les habitants auront une idée plus précise des dommages causés et de leur coût :“Comparé aux dernières inondations, en 1999, on s’en sort plutôt bien mais il y a quand même d’importants dégâts, explique un sinistré de Kelheim. Voyez vous-même comme tout était enseveli sous la boue du Danube”. Enfin en Roumanie, on organise les funérailles des victimes. Le pays compte parmi les plus durement touchés avec 33 morts depuis le début du mois, sur un total d’au moins 40 à travers l’Europe. Dans le département de Harghita, dans le centre de la Roumanie, les secours sont toujours à la recherche de deux disparus. Les chances de les retrouver vivants sont de plus en plus faibles. Par ailleurs, les autorités ont mis en garde la population contre les risques d‘épidémie à cause de l’explosion des égoûts et des centaines de carcasses d’animaux morts dans les campagnes et les villages.