DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Cyclones, typhons, Emily, Mitch, toujours le même phénomène

Vous lisez:

Cyclones, typhons, Emily, Mitch, toujours le même phénomène

Taille du texte Aa Aa

Des images presque routinières, car chaque année connaît son lot de cyclones. Cyclones, ou typhons, ou encore willy willy, selon les régions qu’ils frappent,Emily, Mitch, cette fois Katrina, parce qu’une liste de noms par ordre alphabétique est établie chaque année à leur intention. Des noms différents, mais à chaque fois le même phénomène, et les mêmes causes… Explications

Toujours, ce sont de très violentes tempêtes, avec des vents pouvant dépasser les 250km/h, et qui se forment en général au dessus de l’océan, à moins de 30 degrés de l‘équateur. A l’origine, un alizé, qui rencontre une zone d’humidité très chaude. L’océan doit être à au moins 26 degrés. Au dessus l’air est instable. L’air chaud et humide plus léger s‘élève et s’accumule en altitude. Un énorme système nuageux de cumulonimbus alimenté par le bas s‘établit et commence à tourner. Mouvement donné par la rotation de la terre, la force de Coriolis. Le système tourne de plus en plus vite et se déplace… Dans l’oeil du cyclone, en son centre, la vitesse du vent est de 30 km/h au maximum, mais dans sa périphérie, force centrifuge oblige, il peut aller jusqu‘à 350km/h. Un cyclone peut être long de 900 kilomètres, haut de 15 km. Quant à sa puissance, elle est gigantesque. Jusqu‘à 15 fois supérieure à une bombe atomique. “ Les plus grands risques de pertes humaines, je veux être très clair à ce propos, proviennent des énormes vagues provoquées quand la côte est touchée , elles peuvent passer de 4 mètres à 6 voire 7 mètres et demi de haut “, explique cet expert Des vagues gigantesques qui déferlent sur les côtes… Ajoutés aux vents violents et aux pluies torrentielles, les dégâts causés par les cyclones peuvent être catastrophiques. Aux Etats-Unis en 1969, Camille avait fait 250 morts. L’an dernier, Ivan a tué 38 personnes. Les Etats-Unis ne sont bien sûr pas les seuls touchés par ces phénomènes. Parmi les cyclones les plus meurtriers de l’histoire, on se souvient de Mitch en 1998. Il fit 10 000 morts au Honduras et au Nicaragua.