DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les colons évacués ne veulent pas du relogement proposé par le gouvernement israélien

Vous lisez:

Les colons évacués ne veulent pas du relogement proposé par le gouvernement israélien

Taille du texte Aa Aa

Beaucoup de logements destinés aux colons israéliens restent désespérément vides. Ce complexe d’habitations, situé dans la ville d’Ashkelon, juste au dessus de la bande de Gaza, est spécialement destiné aux anciens habitants d’Elei Sinai, ex-colonie juive du sud du territoire. Mais les colons boudent l’offre du gouvernement.

“Jusqu‘à aujourd’hui, nous n’avons signé que soixante contrats avec les colons pour l’ensemble de cette résidence, explique son responsable. C’est vraiment malheureux. Nous appelons les colons à revenir voir les logements. Je suis sûr que la majorité d’entre eux n’a pas bien vu ce qui était proposé. Nous avons travaillé très dur pour disposer de ces logements.” Le cas d’Ashkelon est loin d‘être isolé : dans tout le pays, ce sont des centaines d’appartements et de chambres d’hôtels qui sont toujours inoccupées, deux semaines après la fin du retrait des colonies à Gaza et en Cisjordanie. “Les colons réclament des appartements très chers, au centre d’Israël et avec vue sur la Méditerranée, explique cette porte-parole de l’administration chargée du retrait. Ils veulent des appartements qui valent plus de deux cent mille dollars, en plus de l’argent qu’ils reçoivent comme compensation.”. Après l‘évacuation de leur implantation, les colons ne sont pas allés jusqu‘à Ashkelon comme prévu, mais ils ont planté leurs tentes à côté de la route qui mène à la ville, créant ainsi un véritable camp de réfugiés. “Le gouvernement veut nous donner des hôtels, mais un hôtel, ce n’est pas une maison, explique ce colon. Je ne veux pas aller dans un hôtel, je veux aller chez moi.” La principale revendication des colons est de pouvoir rester ensemble, en communauté, ils craignent en effet que les solutions de relogement définitif proposées ne les éparpillent dans tout Israël.