DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

ABN Amro va enfin s'offrir la banque italienne Antonveneta

Vous lisez:

ABN Amro va enfin s'offrir la banque italienne Antonveneta

Taille du texte Aa Aa

Le pari du groupe bancaire néerlandais ABN Amro : devenir le premier à racheter un établissement italien d’envergure est sur le point d‘être gagné. Après des mois d’une bataille acharnée, Banca Popolare Italiana a accepté de vendre à ABN Amro sa participation dans Banca Antonveneta – neuvième banque italienne – après avoir longtemps tenté de s’opposer à l’offre de rachat faite par le groupe néerlandais.

La vente des titres Antonveneta en possession de Banca Popolare est toutefois conditionnée au feu vert des autorités judiciaires et boursières italiennes qui auraient officieusement approuvé l’opération. Avec la majorité des titres en sa possession, ABN va d’ailleurs lancer une offre sur la totalité du capital d’Antonvenet. L’OPA initiale de ABN Amro sur Antonveneta date de mars dernier; elle s‘était conclue sur un échec face à l’opposition de Banca Popolare Italiana et de ses alliés italiens dont le gouverneur de la Banque d’Italie Antonio Fazio dont la partialité a terni l’image de l’institution bancaire italienne.

On pensait que Fazio allait démissionner après la gestion dont il a fait preuve dans cette affaire, mais il a reçu mercredi, un allié de poids en la personne de Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne affirmant que la réforme en cours de la Banque d’Italie – nécessitait pendant au moins 5 années la présence de l’actuel gouverneur de la Banque d’Italie pour garantir l’indépendance de la banque centrale vis-à-vis du pouvoir politique. Seule une action judiciaire, tout à fait improbable, pourrait précipiter la démission de Fazio.