DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Opération musclée à Bassorah : La Grande-Bretagne persiste et signe

Vous lisez:

Opération musclée à Bassorah : La Grande-Bretagne persiste et signe

Taille du texte Aa Aa

Londres a défendu mardi la tentative de libération par la force de deux soldats britanniques à Bassorah, dans le sud de l’Irak, expliquant que la loi lui donnait le droit de récupérer les deux hommes et que les négociations avec la police irakienne avaient échoué.

Ce policier irakien explique que quatre véhicules blindés ont roulé sur les voitures stationnées devant le commissariat avant d‘écraser les murs du bâtiment, appuyés par des hommes armés de grenades. Une libération en force, donc, et qui a coûté la vie à deux policiers irakiens.En plus, les deux Britanniques n‘étaient plus sur place…Ils auraient en fait entre-temps été remis à une milice chiite, l’Armée du Mehdi. Une opération parallèle a aussitôt été lancée dans une maison de Bassorah et les deux ressortissants britanniques ont été libérés. Il s’agit en fait de deux agents de renseignement, arrêtés par la police irakienne après avoir, selon des témoins, ouvert le feu sur cette même police irakienne. L’arrivée des blindés a alors provoqué une réaction violente de la foule, qui leur a lancé des engins incendiaires. Les soldats ont pu s’extirper des chars sous les jets de pierre et ils n’ont subi que de légères blessures. Cet incident spectaculaire témoigne d’une hausse de la tension entre forces d’occupation et autorités irakiennes. Le sud du pays, contrôlé par les Britanniques, est pourtant considéré d’habitude comme relativement calme, en tout cas plus que le nord, tous les jours théâtre d’attaques violentes contre les forces américaines.