DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bassorah : Londres et Bagdad minimisent l'incident

Vous lisez:

Bassorah : Londres et Bagdad minimisent l'incident

Taille du texte Aa Aa

Londres et Bagdad se sont évertués à faire tomber les tensions à la suite du grave incident de lundi à Bassorah. Le Premier ministre irakien a rencontré le ministre de la Défense britannique à Londres. Ibrahim Jaafari a assuré que l’affaire n’affecterait pas les relations diplomatiques entre les deux pays. John Reed, pour sa part, a répondu à ceux qui avancent que l’incident va marquer un tournant dans l’engagement britannique en Irak : “Nous ne nous sauverons pas, nous ne laisserons pas le travail à moitié fait. Nous soutiendrons l’irak même dans les moments difficiles, nous serons des amis dévoués, pas des faux-jetons”.

Mercredi, près de 300 personnes ont manifesté à Bassorah pour demander aux troupes britanniques qu’elles remettent les deux soldats à la justice irakienne. Ils ont également exigé la démission du chef de la police de la province. L’armée britannique avait dû lancer lundi une opération musclée pour libérer deux soldats arrêtés par la police et retrouvés aux mains de miliciens chiites. Les deux hommes, des agents de renseignement, avaient été interpellés suite à des échanges de tir avec la police irakienne. Peu après de violents incidents avaient éclatés devant le commissariat de Bassorah ce qui avait forcé les britanniques à investir plus de forces dans une opération de sauvetage.