DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Gerhard Schröder, fervent avocat de l'adhésion turque

Vous lisez:

Gerhard Schröder, fervent avocat de l'adhésion turque

Taille du texte Aa Aa

En visite au Parlement européen, le chancelier allemand a défendu une adhésion pleine et entière du pays. Une Turquie moderne, Etat-membre de l’Union, serait un facteur de stabilité, a-t-il plaidé, peu après avoir été accueilli par le président du Parlement. Un scénario que seule l’Autriche semble encore rejeter. Elle souhaite s’en tenir à un partenariat privilégié.

De leur côté, les eurodéputés sont appelés à donner ce mercredi leur avis sur la candidature turque. Ils doivent aussi valider l’extension de l’union douanière entre Ankara et les Vingt-Cinq. Une formalité. Mais les préoccupations n’en sont pas moins très vives, comme l’explique l‘élu vert Joost Lagendijk : “Nous sommes positifs, mais aussi très critiques sur la question kurde, les droits de l’Homme et d’autres dossiers, sur lesquels nous attendons des changements avant que la Turquie puisse devenir membre.” Alors que les négociations d’adhésion sont censées débuter lundi prochain, les Vingt-Cinq doivent encore se mettre d’accord sur le cadre de ces pourparlers. Quant à savoir quelles seraient les prochaines étapes, la réponse de Camiel Eurlings, membre du Parti Populaire Européen : “Je pense que ce qui va se passer, c’est que l’Europe va suivre de très près la situation pour voir si les relations de la Turquie avec Chypre se normalisent, et deuxièmement, à la fin de l’année, nous, le Parlement européen, nous fixerons des échéances pour les prochaines réformes.” La question chypriote reste en effet l’obstacle majeur au bon déroulement des pourparlers. Ankara a refusé de reconnaître la République de Chypre, et entend maintenir son embargo commercial, alors même qu’elle a étendu son accord d’union douanière à tous les nouveaux Etats-membres, Chypre comprise.