DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'adhésion n'est pas gagnée, selon la communauté turque de Bruxelles

Vous lisez:

L'adhésion n'est pas gagnée, selon la communauté turque de Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

La longue marche vers l’adhésion, qui pourrait durer au moins une dizaine d’années, ne sera pas sans obstacle : certains membres de la communauté turque de Bruxelles en sont persuadés. Ils savent que la question chypriote et le niveau de la démocratie dans leur pays sont des clés essentielles pour franchir la porte de l’Union européenne.

“En Turquie, normalement, 80% des Turcs sont en faveur de l’Union européenne, explique un homme. Mais ce n’est pas pour la démocratie, les gens ne comprennent pas ça. Ils pensent venir en Europe, avec leurs baggages, pourtrouver du travail en Allemagne, c’est pour ça qu’ils sont pour les européens”.Dans le quartier de Schaerbeek, ou est concentrée la communauté turque de Bruxelles, on est aussi conscient de l’obligation de respecter les critères d’adhésion. “Il y a des critères, dit un autre homme, il faut s’y soumettre et c’est tout, ni plus ni moins, pas plus qu’un autre pays, pas moins qu’un autre pays”. Le pouvoir turc l’a bien compris en multipliant les efforts, selon Robert Anciaux, l’un des spécialistes du monde musulman contemporain :“L’ampleur des réformes entreprises, y compris au niveau des réformes institutionnelles, a constitué un effort considérable où les gouvernements turcs ont dû faire preuve de pas mal de fermeté à l‘égard de tous ceux qui constituent des éléments conservateurs en matière politique, je pense notamment à l’establishment militaire mais aussi à certains courants politiques en Turquie qui ne sont pas favorables aux réformes entreprises, notamment en ce qui concerne la reconnaissance de certaines minorités, tels les kurdes”. La renaissance de l’islamisme en Turquie inquiète aussi les Turcs qui vivent à Bruxelles. Ils ont peur que les opinions européennes se braquent totalement et influencent directement les dirigeants de l’Union européenne.