DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

18 millions d'Algériens aux urnes pour le référendum sur la réconciliation

Vous lisez:

18 millions d'Algériens aux urnes pour le référendum sur la réconciliation

Taille du texte Aa Aa

Parmi eux, le président Bouteflika, à l’initiative du projet, qui a invité ses concitoyens à se prononcer sur une Charte qui vise à tourner la page du terrorisme. Une campagne investie par le pouvoir, financièrement et médiatiquement. 40.000 bureaux de vote répartis sur tout le territoire avec aussi à prendre en compte les Algériens de l‘étranger, et notamment en France. Le résultat ne fait a priori aucun doute. L’interrogation réside dans le taux de participation qui atteignait 44% en début d’après-midi.

Pour Abdelaziz Bouteflika, cette “Charte pour la paix et la réconciliation nationale” sont censées mettre fin à treize années de guerre civile entre les forces gouvernementales et les islamistes qui ont fait plus de 150.000 morts et des milliers de disparus. Les conflits avaient commencé en Algérie en 1992 après l’annulation du second tour des législatives que le Front Islamique du Salut risquait de remporter. Pour beaucoup il s’agit de tourner la page, une Algérienne dit par exemple voter “pour la démocratie et la stabilité”. La stabilité, ce serait Bouteflika. Mais cette Charte est loin de faire l’unanimité, et elle est critiquée pour être oublieuse sur de nombreuses exactions, notamment celles de militaires, et est violemment rejetée par l’opposition et les organisations des droits de l’Homme. Le nombre d’islamistes armés dans les maquis est estimé à un millier par les autorités.