DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Algérie : la réconciliation nationale de Bouteflika à l'épreuve des urnes

Vous lisez:

Algérie : la réconciliation nationale de Bouteflika à l'épreuve des urnes

Taille du texte Aa Aa

C’est aujourd’hui que les 18 millions d‘électeurs algériens doivent se prononcer, par référendum, sur une charte très controversée, imaginée par le président algérien. Le texte doit permettre, officiellement, de tourner la page du terrorisme, après une décennie de violences qui a fait plus de 150 000 morts et des milliers disparus, mais il est loin de faire l’unanimité.

Lors de son dernier meeting, Abdelaziz Bouteflika a donc cherché mercredi à convaincre une dernière fois la population : “Ceux qui voteront ‘oui’ sont ceux qui croient en Dieu et dans notre nation”, a-t-il notamment expliqué. Si les deux principaux partis d’opposition ont appelé au boycott, dénonçant une manoeuvre du président pour s’autoriser un troisième mandat, la charte ne passe pas non plus auprès des rescapés des violences islamistes. Ce militaire a perdu toute sa famille dans les années 1990 (seule sa petite soeur s’en est sortie en se cachant derrière une porte). Il n’ira pas voter car le pardon est, pour lui, trop difficile. Les mères des disparus rejettent, elles aussi, le projet du président. Ces femmes, dont les fils ont été tués par les forces de sécurité algériennes parce qu’ils soutenaient les groupes armées islamistes, manifestaient encore hier à Alger. Elles voudraient d’abord savoir où sont les corps de leurs enfants, connaître la vérité, avant d’envisager une éventuelle réconciliation.