DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : le Pascal Paoli accoste mais le conflit social à la SNCM s'enlise

Vous lisez:

France : le Pascal Paoli accoste mais le conflit social à la SNCM s'enlise

Taille du texte Aa Aa

Le bateau détourné par les syndicalistes corses de la SNCM a accosté mercredi soir à Toulon. Une trentaine de marins ont débarqué. Quatre autres, dont le leader du Syndicat des Travailleurs Corses, ont été placés en garde à vue. Le procureur de Marseille doit se prononcer aujourd’hui sur leur sort. Les grévistes sont amers. L’un d’eux raconte : “Nous ne sommes pas des terroristes, nous n’avions pas d’armes à bord, nous sommes juste des salariés qui défendent leurs droits”.

Pour protester contre la privatisation de la Société Nationale Maritime Corse Méditerranée, des salariés avaient pris possession mardi à Marseille d’un navire de l’entreprise publique, pour l’amener au large de Bastia, en Corse. C’est là qu’hier, le GIGN à donné l’assaut. La troupe d‘élite a déployé 5 hélicoptères et 50 hommes pour reprendre le contrôle du bateau. Les grévistes n’ont opposé aucune résistance.A Bastia, en apprenant que 4 syndicalistes corses étaient en garde à vue, les manifestants s’en sont pris aux forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive. Le port de Bastia est bloqué, tout comme celui de Marseille où la CGT, syndicat majoritaire, a reconduit la grève. Ses employés craignent à leur tour une privatisation.