DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouveau plan de reprise pour la SNCM

Vous lisez:

Nouveau plan de reprise pour la SNCM

Taille du texte Aa Aa

Après la fin, hier, de l’odyssée du cargo Pascal-Paoli détourné par des marins opposés à la privatisation de la SNCM, Dominique de Villepin a décidé de reprendre la barre d’un conflit qui dure depuis maintenant dix jours. Les quatre auteurs du détournement du navire sont toujours en garde à vue. Ils avaient été interpellés à l’issue d’un assaut donné à Bastia par le GIGN, hier matin. Et dans la nuit de mercredi à jeudi, en dépit d’un appel au calme du Syndicat des travailleurs corses, une centaine de personnes cagoulées ont incendié des fourgons et brisé des vitrines à Bastia.

De quoi faire réagir le premier ministre donc qui a décidé de s’engager personnellement : “Mon objectif: je veux sauver cette entreprise, il est de ma responsabilité de trouver une ultime solution dans cette situation dramatique”. La SNCM qui assure les liaisons entre la Corse et le continent est largement déficitaire. 30 millions d’euros par an est le chiffre avancé. De fait, le 19 septembre dernier, l’Etat avait évoqué une privatisation totale de la compagnie publique. Hypothèse violemment rejetée par les syndicats. Depuis les choses ne font qu’empirer, provoquant l’intervention des forces de l’ordre. Dans ce climat tendu, Dominique de Villepin avance aujourd’hui un nouveau montage financier. Il a annoncé que l’Etat souscrirait “à hauteur de 25%” dans le capital de la société nationale. D’après lui encore, le fond d’investissement Butler Partners Capital propose pour sa part de prendre une participation à hauteur de 40%. Enfin Connex, filiale transport du groupe Veolia s’arrogerait 30% afin de devenir opérateur industriel.