DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Corse coupée du monde

Vous lisez:

La Corse coupée du monde

Taille du texte Aa Aa

L‘île de Beauté habituée aux grèves s’apprête à de nouvelles journées difficiles : le blocus et les pénuries se profilent. Ports paralysés, aéroports bloqués, l‘île est inaccessible. Impossible à quitter non plus pour 4000 touristes. Aujourd’hui les syndicalistes avaient prévu de lever momentanément le blocage des terminaux pétroliers pour permettre aux usagers de se fournir en essence, une denrée rare, pour se rendre à la manifestation prévue demain à Bastia. Un rassemblement de soutien aux marins mutins du “Pascal Paoli” incarcérés à Marseille.

La tension est montée d’un cran jeudi soir, après le tir de roquette qui a visé la préfecture d’Ajaccio, s‘écrasant à 10 mètres à peine du préfet. Un attentat que ce dernier lie à la crise de la SNCM. Le sort de l’entreprise était discuté à Bruxelles ce vendredi. Thierry Breton le ministre français de l’Economie y proposait le plan de l’Etat : “L’Etat ne peut plus intervenir financièrement sauf dans le cadre du plan ultime qui est proposé, ceci a été rappelé très clairement par les services de la Commission et personnellement je me battrai pour que ce plan soit accepté”.

Ce plan, c’est une participation publique de 25% au capital de la Société Nationale Corse Méditérranée. Dans le passé, la Commission européenne a plusieurs fois approuvé des injections d’argent public dans la SNCM, ce qui devait normalement interdire toute nouvelle subvention d’ici 2013. Mais si Bruxelles accepte le plan de Paris, encore faudra-t-il que les syndicats fassent de même…