DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : fragile accalmie dans le dossier de la SNCM

Vous lisez:

France : fragile accalmie dans le dossier de la SNCM

Taille du texte Aa Aa

Le dirigeant du Syndicat des travailleurs corse (STC) et trois de ses collègues, qui ont participé au détournement d’un ferry de la SNCM, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire vendredi soir à Marseille. Alain Mosconi a tenté de faire baisser la tension : “J’en appelle maintenant au calme là-bas, chez nous, dans notre pays, en Corse, afin que les choses redeviennent un petit peu plus sereines, afin qu’on aborde l’avenir un petit peu différemment, l’avenir du service public et de la SNCM…”

A Bastia, cette libération a été saluée par une véritable explosion de joie de quelques 200 salariés de la compagnie maritime. A Ajaccio et Marseille, c‘était plutôt un ouf de soulagement après quatre jours d’extrême tension, marqués par le tir d’une roquette contre la préfecture de Corse-du-sud et un blocus quasi total des ports de l‘île de Beauté et de celui de la cité phocéenne. Ainsi, alors que les marins du STC ont maintenu une manifestation aujourd’hui à Bastia, les aéroports ont été totalement paralysés ces dernières 48 heures, empêchant plus de 4 000 touristes de rentrer chez eux. Pour le gouvernement, même si des signes de détente apparaissent, comme le déblocage des dépôts de carburants, le conflit est malgré tout encore loin d‘être réglé. Les syndicats refusent la privatisation de la société publique déficitaire, tandis que pour Bruxelles la conservation par l’Etat de 25% du capital est le maximum acceptable.