DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une autre Europe avec la Turquie

Vous lisez:

Une autre Europe avec la Turquie

Taille du texte Aa Aa

La Turquie peut-elle relever le défi de l’Europe? Grande question, tant la Turquie est un pays différent de tous les pays membres de l’Union… Par sa taille et sa population, d’abord, la Turquie serait l’un des plus importants pays de l’Union, c’est elle qui compterait le plus grand nombre de voix au parlement européen et au conseil des ministres. Par sa religion, ensuite, qui ferait de la Turquie le premier pays musulman en Europe.

Par sa situation géographique très stratégique, enfin, qui donnerait à l’Europe une porte d’accès au Moyen-Orient et lui permettrait sans doute d’avoir plus de poids dans cette partie du monde, politiquement et militairement. Ainsi comme le résumait Javier Solana, le chef de la diplomatie des 25, “il vaut mieux avoir la Turquie avec nous que contre nous”. Des questions que les 25 se sont évidemment posées il y a un an quand ils ont fixé à ce lundi la date d’ouverture des pourparlers d’adhésion. Au grand dam des adversaires de la candidature turque, qui rappellent que la majorité des opinions publiques européennes y sont opposées. Mais dans ces négociations qui devraient durer dix ans au moins, la Turquie devra surmonter de nombreuses preuves. D’abord reconnaître officiellement la République de Chypre, le génocide arménien ensuite, massacre perpétré par le gouvernement turc, allié de l’Allemagne en 1915, et qui aurait fait plus d’un million de victimes. Ne plus nier enfin l’existence d’une minorité kurde en Turquie. Les Kurdes de Turquie, dont le nombre est estimé à 16 millions, aimeraient que leur sort fasse partie des négociations avec l’Union. Une manifestation a eu lieu en ce sens hier à Bruxelles.