DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'ONU, habituée des prix Nobel

Vous lisez:

L'ONU, habituée des prix Nobel

Taille du texte Aa Aa

C’est la neuvième fois que l’ONU se voit honorée, soit directement comme ce fut le cas en 2001 soit au travers de ses agences. C’est aussi une tradition pour le comité Nobel de récompenser des organisations ou des hommes opposés à l’arme nucléaire, à chaque grand anniversaire des premiers, et uniques, bombardements atomiques de l’histoire… 60 ans après Hiroshima, que le prestigieux prix soit attribué à Mohamed ElBaradei et son agence est un signe fort. Membre de l’AIEA depuis 84, l’Egyptien en prend la direction le 5 juin 1997, à la suite du suédois Hans Blix. Depuis, sans relâche, il plaide pour la non prolifération nucléaire à travers le monde et s’illustre pour son indépendance, pas toujours appréciée des Etats. Ainsi en 2003, premier directeur de l’agence à se rendre en Irak, il tente dès son retour de convaincre Washington que Bagdad n’a pas d’armes de destruction massives : “ A ce jour nous n’avons trouvé aucune preuve de la présence d’activités nucléaires prohibées en Irak. L’expérience de l’AIEA en matière de vérification nucléaire démontre qu’il est possible de démontrer la présence tout autant que l’absence d’un programme d’armement nucléaire dans un état, même si les états inspectés ne coopérent pas pleinement.” La suite lui donnera raison. Pour le grand public, l’AIEA reste une agence onusienne mal identifiée dont on n’entend parler que lors de crises majeures comme l’accident de Tchernobyl en 86, la découverte d’un programme nucléaire en Irak en 91, ou le dossier iranien. Docteur en droit International, Baradei fut pendant 20 ans un diplomate au service des Nations Unies, une formation qu’il continue d’utiliser méticuleusement dans son travail quotidien. Mais sa nomination ne fait pas que des heureux. De nombreuses organisations hostiles à l‘énergie atomique se sont élevées contre la décision du comité. Greenpeace notamment l’a qualifiée de “problématique”, soulignant le rôle ambigu de l’AIEA, à la fois gendarme et promoteur du nucléaire… 2.52 ends