DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Damas sous pression après le suicide de son ministre de l'Intérieur

Vous lisez:

Damas sous pression après le suicide de son ministre de l'Intérieur

Taille du texte Aa Aa

L’ancien homme fort de la Syrie au Liban, le général Ghazi Kanaan, s’est tiré un balle dans la bouche, en pleine enquête sur la mort de Rafic Hariri. Pour le président syrien Bachar al Assad, “tout syrien impliqué dans l’assassinat d’Hariri sera considéré comme un traître et puni en conséquence”. Le chef de l‘état syrien a répété que son pays n’a aucun lien avec la mort de l’ex-Premier ministre libanais.A Washington, le président Bush a sommé la Syrie de coopérer pleinement à l’enquête de l’ONU sur cet assassinat : “Il est important que la Syrie comprenne que le monde libre respecte la démocratie libanaise et s’attend à ce que la Syrie la respecte aussi”.

Le 14 février dernier, un attentat spectaculaire à la bombe au coeur de Beyrouth fauchait l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, et 20 autres personnes. La commission d’enquête de l’ONU sur cet attentat doit présenter son rapport au Conseil de sécurité avant le 25 octobre. Le général Kanaan, qui s’est suicidé hier, avait été entendu dans le cadre de cette enquête, affirmant ne rien savoir. Au Liban, ce suicide a provoqué une onde de choc, pour de nombreux Libanais, ce suicide et l’enquête de l’ONU sont intimement liés.