DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un nouveau carnage dans le Caucase russe

Vous lisez:

Un nouveau carnage dans le Caucase russe

Taille du texte Aa Aa

Les autorités parlent d’au moins une centaine de morts à la suite des attaques lancées hier par des dizaines d’hommes armés que l’on soupçonne d’appartenir à la rebellion tchétchène. Au total, douze civils et 24 membres des forces de l’ordre ont trouvé la mort et 72 assaillants ont été tués selon le bilan officiel.

Ce matin, les forces spéciales ont donné l’assaut à deux bâtiments à Naltchik, cette ville du Caucase où étaient retranchés des rebelles depuis hier. Ils avaient attaqué simultanément trois commissariats de police et les sièges locaux du ministère de l’Intérieur et des Forces Spéciales Russes. Les combats qui s’en sont suivis ont donné lieu à de véritables scènes de guérilla urbaine, et ce jusqu‘à midi aujourd’hui. Moscou avait ordonné le blocus complet de Naltchik, cette ville de la Kabardino-Balkarie, l’une des petites républiques du Caucase russe, non loin notamment de la Tchétchénie. Vladimir Poutine attribue ces violences aux islamistes radicaux. Un site internet proche des indépendantistes tchétchène a d’ailleurs reçu une revendication signée du Front Caucasien, dont les membres sont considérés comme des extrémistes religieux. Ces attaques constituent en tout cas pour le président russe un nouvel affront, alors que se profilentfin novembre les élections législatives en Tchétchénie. Un scrutin à haut risque pour Poutine qui assure régulièrement que la situation se “normalise” dans le Caucase.