DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grippe aviaire : l'UE avoue qu'elle n'est pas prête


monde

Grippe aviaire : l'UE avoue qu'elle n'est pas prête

La grippe aviaire multiplie les arrêts sur sa route dans le sud-est de l’Europe. La Roumanie, où la présence du virus mortel H5N1 a été confirmée, est en alerte maximum. Même les trains qui traversent le pays sont désinfectés. Un nouveau cas suspect a été découvert sur un cygne.

En Macédoine, des soupçons pèsent maintenant sur un élevage à la frontière avec la Grèce. L’Union européenne veut être prête au pire. Ses chefs de la diplomatie se sont réunis à Luxembourg, en mettant l’accent sur la nécessité d’une coopération internationale face à la menace. Le commissaire européen à la Santé et à la Protection des consommateurs n’est pas pleinement satisfait : “Nous n’avons pas atteint le niveau de préparation que nous devrions avoir, a déclaré Markos Kyprianou, et nous devons y parvenir. Je sais qu’il y a ces comparaisons avec la grippe espagnole du début du 20ème siècle mais je pense que c’est risqué de faire ces comparaisons. Nous avons à notre époque des services de santé différents, avec une capacité et un niveau différents, et des antibiotiques”. Face au risque de pandémie, dans le cas d’une mutation du virus vers l’homme, les gouvernements tentent de constituer des stocks d’antigrippaux. Mais l’Union européenne, au sein de laquelle la grippe aviaire a été repérée pour la première fois lundi sur un îlot grec, relève que la moitié de ses membres n’a pas encore passé commande d’antiviraux. En Roumanie, le nouveau cas suspect se trouve dans un village très proche de la frontière avec l’Ukraine, qui partage avec sa voisine le delta du Danube, l’une des principales réserves ornithologiques d’Europe. C’est un des éléments du scénario le plus redouté car les oiseaux migrateurs pourraient être les principaux vecteurs de propagation de la grippe aviaire.
Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Allemagne : la rentrée parlementaire marque la fin de l'ère Schröder