DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grippe aviaire : les explications du virologue Patrick Goubau

Vous lisez:

Grippe aviaire : les explications du virologue Patrick Goubau

Taille du texte Aa Aa

La propagation de la grippe aviaire d’une part et une pandémie que tous les experts s’accordent à nous annoncer comme inéluctable ont semé inquiétude et confusion en Europe. Pour y voir plus clair EuroNews a interrogé le virologue Patrick Goubau, de l’université de Louvain la Neuve.
“ Rappellons quand même qu’il y a eu 60 morts un peu près en trois ans, alors que chaque année dans un petit pays comme la Belgique il y a 1500 morts de la grippe. Maintenant, est-ce que ce virus peut donner une pandémie…peut-être mais peut-être pas non plus. Pourquoi je dis peut-être…parce qu’il est évident que tant qu’on ne contrôle pas l’infection chez le poulet, ce qui est la première chose qu’il faudrait faire, il est évident qu’il y a cette pression qui se maintient avec de temps en temps des infections humaines et qu’un mélange avec éventuellement d’autres virus humains pourrait entraîner une meilleure transmissibilité, mais d’autre part, il est aussi bien possible que nous ayons une pandémie venant d’un endroit dont on s’attend le moins.

Les habitants de Cearmulia, l’un des foyers de la grippe aviaire en Roumanie, se sont fait vacciner de la grippe saisonnière. Mais ailleurs, que faut-il faire? Qui doit se faire vacciner? “Des gens malades ayant des maladies cardiaques, des maladies pulmonaires, des diabètes, d’autres maladies chroniques, ou des gens âgés de plus de 60 ans ou de 65 ans, ces gens doivent absolument être vaccinés, tout comme les gens qui sont en contact avec eux. Ceux qui sont dans les services médicaux, particulièrement quand ils s’occupent des personnes âgés, devraient également être vaccinées. Maintenant, si nous donnons la recommandation que tout le monde doit être vacciné, alors que pour l’instant il n’y a pas de grippe du poulet dans nos pays, eh bien il n’y a pas assez de vaccins, et le risque que vous avez, c’est que les groupes qui doivent être vaccinés cette année ne le soient pas parce que d’autres ont été vaccinés.” La Commission européenne a appellé les pays membres de l’UE à se préparer et notamment à stocker des médicament antiviraux. Quelle est l’efficacité de cette politique? “Un stock de médicaments, si vous le faites par pays doit être gigantesque et a des forts risques d‘être périmé au bout de cinq ans et vous pouvez jeter le stock et il n’aura servi a rien. Par contre si vous vous entendez entre pays vous pouvez déplacer ce stock aux endroits ou ils sont reellement nécessaires et peuvent etre gèrés au niveau européen. Mais ça demande d’une part des accords préalables pour être sûrs qu’on peut fonctionner comme ça et, deuxièmement, une confiance réciproque pour ne pas revenir à des limites nationales si une pandémie survient.”