DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le procès de Saddam Hussein s'ouvre demain.

Vous lisez:

Le procès de Saddam Hussein s'ouvre demain.

Taille du texte Aa Aa

La salle, les dossiers, tout est prêt pour juger l’ancien dictateur, un process qui sera long, puisque la justice travaillera dossier par dossier. Demain, c’est un épisode remontant à 1982, le massacre de 143 chiites à Doujail, qui sera abordé. Au final, Saddam Hussein risque la peine de mort. Un procès très attendu en Irak, redouté par certains. A Badgad, les opinions sur ce qu’il faut en attendre sont partagées : “J’espère que ce procès sera juste, et honnête : durant 35 longues années, il a fait subir l’injustice au peuple irakien, il a oppressé les Irakiens, avec les massacres, et les emprisonnements”. “Il n’y aura pas de procès juste et honnête, ce procès sera influencé par des complexités ethniques, et sectaires, et des pressions politiques à l‘égard du gouvernement. Le gouvernement actuel était opposé à Saddam Hussein, par conséquent un procès juste et honnête n’est pas dans ses intérêts.”

Chiites et Kurdes ont particulièrement souffert dans les années Saddam, de diverses manières. Cette famille a perdu l’un de ses membres en 1984, il a été emprisonné puis a disparu. Ce n’est qu‘à la chute du régime, et lors de la divulgation des archives qu’ils le découvrent sur cette video : “On avait l’espoir qu’il était encore en vie, dit son père, et quand on a vu cette vidéo, pour la première fois on a eu la certitude qu’il était mort.” La vidéo… L’une des horreurs de l‘ère Saddam. On en découvrira beaucoup d’autres comme celle-là. Un choc pour la famille : “Quand on a vu ces images, c’est comme si le monde s‘écroulait. C’est vrai, on avait entendu parler de ces gens à qui on faisait avaler du pétrole avant de les fusiller, ou dont on passait les corps au broyeur pour en faire de la nourriture pour poissons… La dynamite sert à faire sauter les rochers, pas les gens.” A travers cet homme, ce sont donc aussi ces méthodes qui seront dans le box des accusés demain, les Irakiens ne s’y trompent pas.