DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

David Cameron, celui qui rêver les Conservateurs

Vous lisez:

David Cameron, celui qui rêver les Conservateurs

Taille du texte Aa Aa

Cameron c’est un style, un style très blairien. Ce n’est pas pour rien qu’on le surnomme “Tory Blair”. Il y a une certaine ressemblance. Par la jeunesse : il n’a que 2 ans de moins que Tony Blair quand celui ci prit la tête du Labor. A 39 ans, il a aussi cette décontraction, ce petit quelque chose de peu conventionnel qui avait fait tilt en 97. La modestie, l’acharnement ont fait le reste.

Travailleur obstiné, son leit-motiv, et une forte capacité à faire rêver. Quasiment inconnu il y a quelques mois, il s’est imposé comme l’espoir d’un parti plombé par son conservatisme et en panne d’inspiration. Diplômé en philosophie, économie et politique, si certains contestent son manque d’expérience, il sait se poser en modernisateur pragmatique. Même les attaques sur son passé et ses éventuelles consommation de drogue n’ont pas réussi à l‘ébranler. “Il est temps d’aborder le vrai sujet de cette élection qui est de savoir qui est le mieux placé pour moderniser le parti conservateur, et tendre la main aux électeurs que nous n’avons pas su attirer avant” répondait-il à un journaliste qui l’interrogeait sur la question. Et il y a peu, personne n’aurait parié sur lui. Jusqu‘à ce congrès annuel des Conservateurs début octobre et sa performance. Un brin d’humour pour détendre la salle, un discours sobre et résolument optimiste. Le jeune député qui écrivait dès 22 ans les discours de Margaret Thatcher et de John Major a fait mouche, pour son propre compte cette fois. Pendant presque 10 ans, David Cameron a fait une escapade dans le privé, comme conseil en communication. Il y a 2 ans, il a rejoint le cabinet fantôme des Conservateurs. Aujourd’hui il ne reste plus qu‘à transformer l’essai aux prochaines élections. 2.50 ends