DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grippe aviaire : la Commission européenne cible un embargo

Vous lisez:

Grippe aviaire : la Commission européenne cible un embargo

Taille du texte Aa Aa

Un embargo sur les importations dans l’Union européenne des oiseaux sauvages en captivité et provenant du reste du monde, c’est ce que la Commission européenne devrait proposer aujourd’hui aux 25. La Grande-Bretagne a demandé cette mesure après avoir découvert sur son territoire qu’un perroquet en quarantaine, venant du Surinam, était atteint de la grippe aviaire.

Le H5N1, mortel pour l’homme, avait jusque là été confirmé en Russie, Roumanie et Turquie. Face à la multiplication des cas suspects, l’Union est sur le pied de guerre. L’OMS, l’organisation mondiale de la santé, s’est montrée plutôt rassurante. Elle a estimé que l’Europe en se préparant de façon adéquate pouvait éviter de subir la situation que vit l’Asie, berceau de l‘épidémie. Alors qu’au Canada la communauté internationale se réunit de manière exceptionnelle depuis hier pour mettre au point une stratégie mondiale, l’Indonésie a confirmé une nouvelle victime du virus H5N1. Au total, depuis 2003, il a provoqué la mort de plus de soixante personnes en Asie. La production massive du Tamiflu, un médicament, fait partie de la lutte contre le virus en Europe. Cependant la FAO, l’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture, estime que la meilleure façon d’empêcher une pandémie est d’aider les pays asiatiques à contenir l‘épidémie à la source.