DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le "oui" du peuple irakien à la nouvelle constitution

Vous lisez:

Le "oui" du peuple irakien à la nouvelle constitution

Taille du texte Aa Aa

L’annonce des résultats officiels a mis fin à l’incertitude qui régnait autour du projet de la nouvelle constitution irakienne. Le “oui” a recueilli 78% des suffrages et le taux de participation a atteint 63%. Mais l’analyse des résultats révèle un clivage fondamental. Dans les provinces chiites et kurdes, les électeurs ont massivement dit “oui”. Dans les provinces sunnites d’Anbar et de Salahaddine, le “non” l’a emporté aux deux tiers. L’adoption de la constitution dépendait en fait de la province de Ninive. Car si elle avait voté “non” aux deux tiers, le projet de constitution aurait achoppé.

Dix jours après le référendum, c’est donc le soulagement dans les rues de Bagdad. “Félicitations au peuple irakien pour cette nouvelle constitution. Je me félicite moi-même et tous les gens que je connais depuis l’annonce des résultats. Et je souhaite le meilleur aux Irakiens.” “Aujourd’hui c’est un jour de grande joie pour les Irakiens qui ont dit oui parce que c’est un revers pour le terrorisme. Nous avons défié toutes les menaces, tous ceux qui complotent contre l’Irak. C’est le premier pas vers de futurs progrès.” Dans les grandes lignes, cette constitution fait de la république d’Irak, un Etat souverain indépendant avec un système de gouvernement républicain, parlementaire et fédéral. Le président est élu pour un mandat de quatre ans. La Constitution désigne l’arabe et le kurde comme langues officielles du pays. Le parti Baas, au pouvoir sous Saddam Hussein, est interdit et la torture bannie.