DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Conférence des pays donateurs: un fond d'urgences...de plus en plus urgent

Vous lisez:

Conférence des pays donateurs: un fond d'urgences...de plus en plus urgent

Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle conférence des pays donateurs s’ouvre aujourd’hui à Genève sur un constat: le drame du Cachemire mobilise peu. Kofi Annan aura donc fort à faire pour convaincre les pays riches d’accroître significativement leur aide aux victimes du tremblement de terre. L’ONU chiffre désormais ses besoins à 453 millions d’euros.

A peine 56 millions d’euros, soit un peu plus d’un dixième des besoins, ont jusqu’ici été récoltés. Le comparatif avec le tsunami est sans appel. A cela plusieurs raisons, la lassitude des Occidentaux, la mauvaise réputation du Pakistan et la méconnaissance d’une région interdite aux étrangers. Un second drame est pourtant en train de se jouer dans les zones montagneuses reculées du Cachemire, un drame dont les enfants sont les premières victimes.

Une idée fait son chemin, créer un fonds d’urgence international doté de plus de 400 millions d’euros, déblocable à tout moment et en faveur de n’importe quel pays, pour mettre fin à une politique de la main tendue. John Egeland, Secrétaire général adjoint de l’Onu chargé des questions humanitaires, suggère la mise en place d’un système d’assurance universelle.