DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sommet de Hampton Court : des objectifs, mais guère plus

Vous lisez:

Sommet de Hampton Court : des objectifs, mais guère plus

Taille du texte Aa Aa

La présidence britannique voulait faire du sommet de Hampton Court une journée de réflexion et de réconciliation. Pour autant, Tony Blair n’aura pas réussi à masquer les divergences. Qu’importe, ce que le Premier ministre britannique en retient, ce sont les priorités sur lesquelles les Vingt-Cinq se sont mis d’accord. Priorité donc à la recherche, à une politique énergétique commune ou encore à la réforme de l’organisation du travail.

Reste à s’entendre sur l’essentiel : les mesures concrètes à mettre en place dans chacun de ces domaines. Quant au budget européen pour 2007-2013, il est renvoyé au sommet de décembre. La présidence britannique promet de travailler alors à un compromis, ce qu’attendent avec impatience les pays de l’Est, comme l’explique le président de la Commission, José Manuel Barroso : “Si nous n’avons pas d’accord d’ici décembre, cela voudra dire que les nouveaux Etats-membres n’obtiendront pas à temps les fonds qu’ils attendent pour soutenir leur développement et leur croissance.”

Dès que la boîte de Pandore sera rouverte, un nouveau bras de fer franco-britannique se profilera sur les dépenses agricoles. Jacques Chirac est en effet plus déterminé que jamais à sauver la Politique Agricole Commune. Pour preuve, il a relancé à la table de Hampton Court la polémique sur les négociations de l’OMC. Accusant Bruxelles d’avoir fait trop de concessions agricoles face aux Etats-Unis, il a menacé d’opposer son véto à un accord sur la libéralisation du commerce mondial. Ce qui ne semble guère intimider la Commission. Elle a annoncé qu’elle irait de l’avant dans ses propositions dès ce vendredi.