DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catalogne : retour sur un projet d'élargissement de l'autonomie qui divise

Vous lisez:

Catalogne : retour sur un projet d'élargissement de l'autonomie qui divise

Taille du texte Aa Aa

Le 30 septembre 2005, le chef du gouvernement catalan, Pasqual Maragall, et le leader de l’opposition catalane, Artur Mas, affichent leur satisfaction. Le texte du nouveau statut d’autonomie, l’“estatut”, vient d‘être approuvé par le parlement régional. Il doit encore être approuvé par les Cortes à Madrid.

Avec l’“estatut”, c’est la troisième fois de son histoire contemporaine que la Catalogne se dote de compétences propres pour s’autogouverner. La région a obtenu son premier statut d’autonomie en 1932 au cours de la IIème République espagnole. Interrompue durant le franquisme, la Catalogne a retrouvé son autonomie en 1979 après la restauration de la démocratie en 1977.Ce deuxième “estatut” a encadré la vie politique catalane pendant plus de 25 ans, notamment pendant les longues années de gouvernement nationalistes dirigés par Jordi Pujol. Depuis la Constitution de 1978, l’Espagne se compose de 17 région autonomes, chacune dotées de leur parlements et de leur gouvernements. Ceuta et Melilla ont le statut de villes autonomes. La Catalogne figure parmi les communautés autonomes les plus riches avec le Pays Basque et Madrid. L’article 1, du nouveau statut d’autonomie, définit la Catalogne comme une “nation”, un terme qui vient remplacer celui de “nationalité” figurant sur l’“estatut” de 79 ainsi que dans la Constitution de 78. Le texte accorde à la région les pleins pouvoirs en matières éducatives, culturelles et linguistique Le projet assure la prééminence de la langue catalane dans tous les domaines. Autre nouveauté importante, le texte créé “le Conseil de Justice de Catalogne”, un organe judiciaire qui chapeauterait l’ensemble des recours juridiques en Catalogne et qui serait indépendant du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire de l’Etat. La nouveauté la plus controversée de ce projet reste la création d’une agence fiscale propre. La “Generalitat”, le gouvernement catalan, récoltera et gérera ses impôts. Une partie sera reversée à l’Etat espagnol au nom de l‘équilibre territorial et de la solidarité entre régions riches et régions pauvres.