DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La violence prend racine dans la banlieue de Paris

Vous lisez:

La violence prend racine dans la banlieue de Paris

Taille du texte Aa Aa

Le département français de la Seine-Saint-Denis a vécu une septième nuit d’incendies et de saccages. Des groupes de jeunes encagoulés ont nargué sans cesse les policiers français. Plus d’une centaine de véhicules ont brûlé rien qu’en Seine-Saint-Denis et d’autres encore dans les Hauts-de-Seine, en Seine-et-Marne et dans le Val d’Oise. Des incendies encore plus spectaculaires se sont déclaré dans des écoles, un gymnase et un concessionnaire automobile.

A Aulnay-sous-Bois, des jeunes casseurs n’ont pas hésité à pénétrer dans un poste de police fermé et à le saccager. A La Courneuve, la police indique que des CRS ont essuyé des tirs à balles réelles. Les pompiers de Paris ont également eu un blessé dans leurs rangs : l’un d’entre eux a été brûlé au visage par un cocktail Molotov lancé dans son véhicule. Le ministre de l’Intérieur s’est rendu la nuit dernière dans cette banlieue parisienne sous tension mais cette fois discrètement. Il est dans le collimateur des jeunes émeutiers qui le traitent de “provocateur”. Face aux députés mercredi, le Premier ministre a mis Nicolas Sarkozy face à ses responsabilités, reconnaissant que sa tâche était difficile. Quinze nouvelles interpellations ont eu lieu durant cette septième nuit de violences. Mais pour stopper la propagation, l’UNSA, un syndicat de police, réclame que la police de proximité soit rétablie dans les cités “pour faire de nouveau de la prévention”.