DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Jordanie frappée de plein fouet par le terrorisme

Vous lisez:

La Jordanie frappée de plein fouet par le terrorisme

Taille du texte Aa Aa

3 attentats quasi-simultanés contre des hôtels ont secoué Amman, la capitale. Au moins 57 personnes ont été tuées et 300 ont été blessées.C’est la première fois que des attentats d’une telle envergure secouent la Jordanie, seul pays arabe avec l’Egypte à voir signer un traité de paix avec Israël. Aucune révendication n’a été formulée. Le leader islamiste jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui qui a revendiqué de nombreux attentats meurtriers en Irak, est une des principaux suspects.

Trois hôtels ont été visés. D’abord l’hôtel Radisson, situé à l’ouest d’Amman qui accueille beaucoup de touristes américains et israéliens. Un kamikaze a déclenché ses explosifs lors d’une réception de mariage dans une salle de bal.Une deuxième explosion s’est produite juste après dans un autre grand hôtel d’Amman, le Hyatt, situé non loin du Radisson. Un troisième hôtel enfin a été frappé, le Days inn, situé également dans le centre de la capitale jordanienne près de l’ambassade d’Israël. Le roi Abdallah II a fermement condamné ces attentats soulignant que “la main de la justice atteindra les criminels”. Il a indiqué que la Jordanie restera un pays sûr et que ces actes ne représentent pas les valeurs du peuple jordanien. Ces attentats surviennent alors que des dizaines d’islamistes acccusés d’avoir fomenté des attentats dans le royaume y sont jugés actuellement dans différents procès.Le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan a annulé sa visite prévue aujourd’hui en Jordanie et a lancé un appel urgent pour une action collective contre le terrorisme. Après les attentats, la police jordanienne a encerclé tous les hotels, a renforcé sa présence autour des ambassades et a bloqué de nombreuses grandes artères de la capitale. La Jordanie a décidé également hier soir de fermer les écoles, les ministères et tous les établissements publics ce jeudi, décrété jour de “deuil national”.