DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En quoi la réforme de la constitution italienne consiste t-elle ?

Vous lisez:

En quoi la réforme de la constitution italienne consiste t-elle ?

Taille du texte Aa Aa

Cette réforme, désirée par la majorité de Silvio Berlusconi, modifie 55 articles de la constitution actuelle. En substance, elle prévoit d’augmenter les pouvoirs du chef du gouvernement et renforce la décentralisation en faveur des régions. De facto, le président du Conseil deviendra Premier ministre. A ce titre, il nommera et renverra les ministres, sans passer, comme à présent, par l’intermédiaire du président de la République. Il aura aussi le pouvoir de dissoudre les deux chambres. Et il déterminera la politique générale du gouvernement, alors que jusqu‘à présent, il la “dirigeait”. Les prérogatives du chef de l’Etat sont encore réduites.

Par ailleurs, la chambre des députés passera de 630 élus à 518. Le Sénat, pour sa part, deviendra fédéral et passera de 315 membres à 252. Des sénateurs élus sur une base régionale. Des représentants des régions en somme. Ce fédéralisme accorde le contrôle de la police locale administrative aux régions, ainsi qu’un pouvoir accru dans les domaines de la santé et de l‘éducation. Cette disposition est ressentie par une partie de la population italienne comme une tentative de certaines zones riches du nord du pays de se débarrasser du poids financier que représentent les régions moins développées du sud de la péninsule. Les alliés de Silvio Berlusconi, comme Umberto Bossi de la Ligue du Nord, le mouvement populiste anti-européen, ont à plusieurs reprises menacé de se retirer du gouvernement si le texte n‘était pas approuvé. L’opposition, elle, crie au scandale. Romano Prodi a, par exemple, dénoncé cette réforme comme étant “l’anti-chambre d’une dictature du Premier ministre”.Le centre-gauche a réclamé qu’un référendum soit organisé sur la question comme le prévoit la loi. Une position soutenue par certains partis de la coalition au pouvoir. Silvio Berlusconi a précisé que cette consultation sera organisée “après les législatives” prévues le 9 avril 2006.