DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Parti socialiste français à la recherche de l'unité

Vous lisez:

Le Parti socialiste français à la recherche de l'unité

Taille du texte Aa Aa

C’est la campagne pour le référendum sur la Constitution européenne et la victoire du “non” qui ont fait éclaté l’unité du parti socialiste français. Les querelles internes nées en mai 2005 ont fait perdre le nord à l‘électorat et aux membres du parti. La défense du “non” par Laurent Fabius a semé la zizanie, même si François Hollande, le Secrétaire général du parti, a fait son possible pour rassembler.

A la tête du PS depuis le congrès de Brest, il y a huit ans, Hollande a véritablement pris les rênes du parti en 2002 après la défaite de Lionel Jospin aux présidentielles. Ses objectifs alors : ré-inventer le parti, définir une nouvelle orientation politique. En Europe, le centre-gauche bouge aussi. La coalition de l’Olivier se réforme en Italie, et tout récemment en Allemagne, le SPD va jusqu‘à s’allier avec les chrétiens-démocrates. Mais en France, le chemin semble plus difficile. Explication du politologue et professeur à l’université Libre de Belgique, Pascal De Witt : “Il y a des éléments pour le Parti socialiste français qui sont en réalité des éléments liés au cadre français. La France veut assumer et assume une singularité, une singularité à tout le moins rhétorique: la République, le service public à la Française. Elle a donc dans sa culture politique historique deux éléments importants: une culture politique de conflictualité marquée, et une culture politique très hostile de manière générale au libéralisme, au libéralisme dans toutes ses dimensions et de manière particulière au libéralisme économique”.

D’où peut-être cette sorte de paralysie politique. Et ce d’autant plus lorsque les personnalités changent de cap. Fabius, plutôt libéral lorsqu’il était au gouvernement, défendant le camp du non à la Constitution européenne au nom d’une certaine gauche, a été perçu comme un traître par la plupart des délégués du PS. Aujourd’hui Hollande et ses proches, comme Dominique Strauss-Khan, prônent la réconciliation générale mais y arriveront-ils ?

Il faut redéfinir le socialisme, c’est ce que disait en mars, l’un des leaders du récent courant NPS Arnaud Montebourg : “Qu’est-ce-que c’est, être socialiste au 21ème siècle, dans une économie mondialisée, où personne ne croit plus à la politique? Ca c’est une question fondamentale”. Redéfinir le socialisme à la Française, proposer une alternative crédible à la droite pour les présidentielles en 2007… Il y a peu de chance qu’en un congrès le PS y arrive…