DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La couleur orange a moins la cote cet automne.

Vous lisez:

La couleur orange a moins la cote cet automne.

Taille du texte Aa Aa

Un an après la révolution pacifique qui a entraîné la chute de Leonid Kutchma, les défenseurs de la démocratie sont divisés sur les thêmes mêmes qui les ont rassemblés en 2004 – la lutte contre la corruption et la hausse du coût de la vie. Le limogeage du Premier ministre Iulia Timochenko il y a deux mois sous la pression des groupes d’oligarches, a stoppé un vaste programme de réformes économiques.

Fêtée à Washington comme une référence pour la démocracie dans le monde, pendant la visite du président Viktor Iouchtchenko en avril, la révolution orange reste à confirmer… Avec son homologue géorgien, lui aussi acteur d’une révolution pacifique, il a voulu créer la Communauté du choix démocratique, une alliance pour la promotion de la démocratie de la Baltique à la Caspienne. Pour le moment toujours au stade des bonnes intentionsEt même la conquête de la liberté d’expression ne protègera peut-être pas les héros de la révolution d’une défaite aux législatives de mars, malgré la détermination du Président : “le prochain objectif c’est de gagner au Parlement. Il nous reste du temps pour tirer les leçons et mieux comprendre ce qui s’est passé” disait-il dernièrement. Selon les sondages, le candidat pro-russe Yanukovitch, celui-là même que les foules avaient empêché d‘être élu l’an dernier pourrait bien l’emporter. Dans les rangs oranges, on appelle au rassemblement. Un an après, la chanson “ensemble, nombreux, invicibles”, l’hymne de la révolution, résonne comme un avertissement.