DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nucléaire iranien : l'AIEA privilégie la voie diplomatique

Vous lisez:

Nucléaire iranien : l'AIEA privilégie la voie diplomatique

Taille du texte Aa Aa

L’AIEA se réunit à Vienne, mais c’est à Moscou que le dossier du nucléaire iranien pourrait trouver son dénouement. Peu de passion, dès lors, dès l’ouverture ce matin, de la réunion de l’Agence internationale à l‘énergie atomique qui se tient jusqu‘à demain.

De source diplomatique, on est bien conscient que, je cite, “ce n’est pas ici que cela se passe”. De fait, une autre réunion serait prévue le 6 décembre. Elle devrait réunir les Européens et les Iraniens autour d’une proposition émanant de Moscou. Concrètement, cette proposition autorise l’Iran à convertir de l’uranium à condition que ce soit la Russie qui l’enrichisse. On n’en est pas là, même si l’Iran s’est dit prêt à renouer le dialogue avec les Européens, après 4 mois de blocage complet. Les Iraniens ont relancé l’enrichissement d’uranium, malgré les menaces. Et dimanche, le Parlement iranien votait le blocage des inspections de l’AIEA, si l’Agence internationale à l‘énergie atomique se décidait à saisir le conseil de sécurité. Alors que le régime de Téhéran peut compter sur la rue, difficile de faire taire l’opposition iranienne, Les Moudjahidine du Peuple. Cette organisation armée affirme que les inspecteurs de l’AIEA ont été menés en bateau par Téhéran : d’après eux, les installations nucléaires auxquelles les inspecteurs ont eu accès ne sont pas celles qui enrichissent l’uranium. Mais tant Washington que Bruxelles accordent peu de crédit à ces dires, pour eux, les Moudjahidine du Peuple sont une organisation terroriste.