DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'espoir renaît pour une soixantaine d'otages en Colombie

Vous lisez:

L'espoir renaît pour une soixantaine d'otages en Colombie

Taille du texte Aa Aa

Après des années d’intransigeance vis-à-vis des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) le président Alvaro Uribe accepte une proposition internationale. Proposition qui prévoit la démilitarisation de la Valle del Cauca pour y échanger des otages contre plusieurs détenus de la guérilla marxiste.

L’occasion pour Uribe de peaufiner son image à quelques mois des présidentielles : “J’avoue avec beaucoup d’humilité que cela implique des concessions que le gouvernement que je préside a accepté de faire. Nous avons accepté de changer d’attitude parce que nous avons confiance en la communauté internationale”. Bogota et les FARC affirment depuis des mois être favorables à l‘échange que La France, l’Espagne et la Suisse proposent mais les deux parties divergeaient jusque là sur les modalités. Si les FARC donnent leur accord, une soixantaine de personnalités militaires et politiques, dont la franco-colombienne Ingrid Betancourt enlevée en février 2002, pourrait être relâchées. Ce qui ne représente qu’une infime partie des 4000 otages retenus par les FARC.