DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A peine ouvert le scrutin irakien est déjà marqué par des violences

Vous lisez:

A peine ouvert le scrutin irakien est déjà marqué par des violences

Taille du texte Aa Aa

Malgré la crainte de nouvelles attaques, le gouvernement irakien appelle le peuple à voter et montre l’exemple. Le président Talabani fut l’un des premier à déposer son bulletin à Souleimaniyah, ville du nord kurde. Plus tard, le Premier ministre, Ibrahim Jaafari, a voté à Bagdad appelant les “Irakiens à s’exprimer à travers les urnes et non les bombes”.

Pourtant des bombes ont explosé à Tikrit, Ramadi et Mossoul où un employé municipal a été tué et deux policiers blessés. A Bagdad, plusieurs quartiers, dont la zone verte et le quartier populaire de Sadr city, ont également été visés. Les mesures de sécurité draconiennes prisent par Bagdad ne parviennent pas à intimider les insurgés. Pourtant les frontières terrestres et les aéroports sont fermés, de même que les frontières entre les 18 provinces du pays. En outre seules les voitures munies d’autorisations spéciales peuvent circuler. Quoi qu’il en soit les Irakiens semblent plus déterminés que jamais à élire leur Parlement. L’enjeu est de taille : choisir 275 députés parmi plus de 7 500 candidats. Un scrutin qui marque l’ultime étape de la transition politique en Irak.