DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Irakiens ont voté en masse

Vous lisez:

Les Irakiens ont voté en masse

Taille du texte Aa Aa

Les bureaux de vote ont même prolongé leur ouverture d’une heure notamment à Bagdad pour accueillir les électeurs qui faisaient la queue afin d‘élire leurs 275 députés.

Le taux de participation à ce scrutin historique s’annonce très élevé, de 60 à 80% selon la Commission électorale. Toutes les communautés se sont fortement mobilisées y compris dans les régions où les rebelles sont très actifs comme à Falloudja et malgré des actes de violences à Bagdad et à Mossoul. “Ces élections sont un coup porté au terrorisme” selon un électeur chiite de Nadjaf. “Les terroristes ne parviendront pas à rétablir le régime du passé et à reprendre les richesses du pays. Nous votons pour les en empêcher”. A Tikrit, bastion des Sunnites, la population a cette fois-ci participé aux élections alors qu’elle avait boycotté les scrutins précédents comme l’explique un habitant de la ville natale de Saddam Hussein. “J’espère que tous les Irakiens vont profiter de ces élections pour faire entendre leurs voix dans notre nouvelle démocratie et c’est ce que nous demandons à la population de la ville de Salahheddin”. Une forte participation est également attendue chez les Kurdes. La deuxième communauté du pays, concentrée dans le nord de l’Irak, espère ainsi renouveler les bons résultats enregistrés lors des précédents scrutins. “Je suis venu à pied jusqu’ici à Kirkouk. J’ai marché pendant une heure pour exercer mon droit de vote. Je suis heureux pour tout le peuple irakien, du nord, du centre et du sud” affirme cet électeur kurde. Le président irakien, le Kurde Jalal Talabani fut un des premiers à voter. Durant son mandat, il s’est voulu apaisant avec ses voisins syriens et iraniens pourtant honni de son allié américain. Il a exclu tout départ anticipé des troupes de Washington. Premier ministre du premier gouvernement de l’après Saddam, le chiite Iyad Allaoui a mené une campagne dans un esprit de collaboration avec les autres partis laïques. Mais le favori de ce scrutin reste Abdel Aziz Hakim, le chef de l’Alliance Unifiée Irakienne. Ce religieux modéré a reçu l’appui du grand ayatollah Ali Sistani et il a renoncé récemment à son projet d’autonomie des provinces à majorité chiite.