DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tournant politique en vue en Bolivie

Vous lisez:

Tournant politique en vue en Bolivie

Taille du texte Aa Aa

La Bolivie a un carrefour. Les 3 millions six cent mille électeurs choisissent ce dimanche leur nouveau président. Un scrutin qui s’avèrerait historique si la voix des urnes confirmait celle des sondages, puisque c’est le socialiste Evo Morales qui est favori. En cas de victoire, ce champion de la cause indienne deviendrait le premier président indigène d’Amérique du Sud.

Bête noire des Etats-Unis pour ses prises de position en faveur des planteurs de coca, Evo Morales projette de mettre sous tutelle les multinationales étrangères qui exploitent les gisements de gaz, la richesse nationale. Face à Morales, le très libéral Jorge Quiroga souhaite au contraire mettre l’accent sur la globalisation et attirer les investisseurs privés pour tourner davantage la Bolivie, pays le plus pauvre d’Amérique du sud, vers les Etats-Unis. L‘écart qui sépare Morales de Quiroga dans les sondages étant faible, Samuel Doria Medina – propriétaire de la plus importante cimenterie du pays – pourrait jouer un rôle déterminant. C’est lui le troisième homme dans les sondages. Si aucun candidat ne recueille la majorité absolue au premier tour, c’est le parlement, que les électeurs renouvellent également dimanche, qui choisira le président, courant janvier, parmi les deux candidats arrivés en tête. Un système électoral qui a donné lieu à toutes sortes de scénarios d’alliances par le passé.