DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Antonio Fazio a cédé

Vous lisez:

Antonio Fazio a cédé

Taille du texte Aa Aa

Le gouverneur de la Banque d’Italie a fini par démissionner, la veille oú le gouvernement italien devait réunir un conseil des ministres extraordinaire pour examiner son cas et prendre les dispositions règlementaires pour pouvoir lui-même révoquer le gouverneur de la Banque d’Italie qui est entré en résistance il y a des semaines de cela en refusant de démissionner malgré la vindicte de la classe politique italienne qui le poursuivait.

Il est vrai que depuis l’arrestation mercredi dernier de son ami Gianpiero Fiorani, ex-président de Banca Popolare, soupçonné de détournement de fonds, la position du gouverneur de la banque d’Italie était devenue extrêmement délicate. Fiorani et Fazio se connaissaient bien puisque des écoutes téléphoniques ont révélé une conversation éloquente à ce sujet quand il s’est agi pour Fiorani, alors à la tête de Banca Popolare de contrer l’OPA du groupe néerlandais ABN Amro sur la neuvième banque italienne Banca Antonveneta, à la demande du gouverneur de la banque d’Italie.

Les soupçons qui pèsent actuellement sur Gianpiero Fiorani sont liés à sa tentative d’acquisition de Banca Antonveneta qui est finalement passée dans le giron du premier candidat à sa reprise : le néerlandais ABN Amro. La banque de Fiorani avait joué illégalement le rôle de chevalier blanc défenseur d’une certaine préférence nationale dans le secteur bancaire. L’opération a échoué et Antonio Fazio a toujours nié avoir mal agi dans cette affaire, faisant la sourde oreille aux multiples appels à la démission qui avaient repris ces derniers jours.

De récentes informations de presse sur les cadeaux que Fazio aurait reçu de son ami Fiorani : montres de luxe, de vêtements et livres anciens, ont peut-être incité finalement Antonio Fazio à démissionner.