DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sharon : la vie politique israélienne dans l'expectative

Vous lisez:

Sharon : la vie politique israélienne dans l'expectative

Taille du texte Aa Aa

A trois mois des législatives, un éventuel retrait du Premier ministre pourrait déstabiliser la vie politique israélienne. Kadima le nouveau parti qu’Ariel Sharon a formé avec Shimon Perez est en tête des sondages, et repose presque exclusivement sur sa popularité. Ils sont nombreux à ne vouloir que Sharon à la tête du pays. Et aujourd’hui certains commencent à s’interroger. Car si Shimon Peres, l’ancien leader des travaillistes, a rejoint les rangs de Kadima, Ariel Sharon parait incontournable. “ Ce parti n’a pas de racine”, dit cet analyste. “Et sans Sharon, ce sera dur de révolutionner les choses. Nous ne savons pas du tout comment va évoluer la vie politique israélienne “.

Une majorité d’israéliens souhaitent qu’Ariel Sharon continue de diriger Israel. Et les Palestiniens ont aussi besoin de lui. Même si les difficultés demeurent, c’est avec Ariel Sharon que Mahmoud Abbas est parvenu à établir un dialogue. Leur avenir politique est lié. Si Mahmoud Abbas remporte les élections palestiniennes du 25 janvier et Ariel Sharon les législatives du 25 mars, ils auront les coudées franches pour reprendre les négociations de paix, c’est ce que dit le ministre palestinien de la planification : “ Sharon est l’un des leaders les plus importants de la région. Qu’il soit présent ou absent fait une grosse différence. Sa maladie intervient quand la situation politique en Israël comme dans les territoires palestiniens connaît des changements significatifs, porteurs d’un grand potentiel.“Même chose du coté de la communauté internationale. Depuis le retrait historique de Gaza, Sharon est devenu un interlocuteur crédible. Surtout pour les Américains et les Européens. Ils comptent sur lui pour mener à bien les futures négociations de paix. Mais aussi pour imposer le retrait d’autres colonies de Cisjordanie. Avant Sharon, d’autres leaders travaillistes avaient tenté d’opérer ces retraits. Mais aucun d’entre eux n’avaient eu la poigne suffisante pour parvenir aux résultats enregistrés par Ariel Sharon ces derniers mois.