DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Budget : boxe verbale au Parlement européen

Vous lisez:

Budget : boxe verbale au Parlement européen

Taille du texte Aa Aa

Les eurodéputés ont marqué leur différence avec Tony Blair. Mais il est peu probable qu’ils prennent le risque de torpiller le budget. Ils obtiendront peut-être un ou deux milliards de plus. Leur vote interviendra début 2006. Il y a eu du sport dans l’air, au Parlement européen ! Eurosceptiques, eudodéputés et Tony Blair se sont lancés le budget 2007-2013 à la figure. “Trop maigre” pour le parlement, ce budget est vu comme une “trahison” par l’opposition britannique.

Le premier ministre britannique ne s’est pas laissé démonter: “Soyons très clairs : ce n’est pas un budget idéal. Mais c’est ce qu’on pouvait faire de mieux, ou presque, à l’heure actuelle. Unissons-nous : il faut que la Commission, le Conseil, les Etats-membres, le Parlement européen travaillent en vue d’un consensus pour une Europe nouvelle, pour un avenir où le budget trouvera sa place de façon rationnelle et ne sera plus l’objet d’un malheureux et vil marchandage!”

Au Royaume-Uni, la presse, et en particulier le très sensationnaliste tabloid “The Sun”, ne pardonne pas à Tony Blair d’avoir cédé sur le chèque britannique, alors que la France n’a pas bougé d’un pouce sur la PAC. Voici la diatribe de ce conservateur britannique :

“Le quotidien préféré de Grande-Bretagne, The Sun, dit que Tony Blair est prêt à céder des milliards de livres appartenant au contribuable, sans obtenir quoi que ce soit. Dans un édito du premier décembre, il qualifie ça de “trahison”! La “trahison”, Monsieur Blair, ce n’est pas joli-joli, comme mot! Ce n’est pas MON mot, c’est celui du Sun et des milliers de lecteurs sont d’accord!

Face à cette attaque en règle, Tony Blair s’est lancé franchement dans la mêlée: “Permettez-moi de vous dire, à vous Monsieur, et à vos collègues : vous siégez sous nos couleurs, mais vous ne représentez pas les intérêts de notre pays”. Le Premier ministre s’est senti pousser des ailes, l’Union d’aujourd’hui a besoin de solidarité :

“Lorsque les eurosceptiques et les conservateurs disent : “qu’est-ce qu’on reçoit, nous, en échange de notre contribution à l‘élargissement?”, je vais vous dire, ce qu’on reçoit : on a une Europe unifiée, après des années de dictature dans l’Est! On a du développement économique! On a une réforme qui va nous permettre une bonne fois pour toutes de cesser les débats autour du rabais et de la PAC !
Et nous avons un budget digne de ce nom pour l’Europe : voilà ce qui nous attend, SI nous avons le bon sens de saisir cette chance!”