DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le président iranien interdit la musique venue de l'Occident.

Vous lisez:

Le président iranien interdit la musique venue de l'Occident.

Taille du texte Aa Aa

Mahmoud Ahmadinejad ordonne une application stricte du bannissement de ce qu’il appelle la “musique occidentale et décadente”. Une décision prise en octobre par le Conseil Suprême de la Révolution culturelle et qui concerne les télévisions et radios publiques du pays. Depuis des années, l’Iran s’est largement ouvert à la culture occidentale et à tous les styles de musique, du hip-hop au rock américain. Dans la capitale, les magasins vendent librement les cassettes d’artistes comme Eric Clapton ou George Michael. En lieu et place, le président veut imposer les chansons traditionnelles iraniennes et même des musiques “relaxantes”.

Pour beaucoup d’Iraniens, cette mesure est donc inapplicable. Medhi Kazemi, unétudiant de Téhéran pense que les habitants auront toujours un moyen d’accéder à leur musique.“Si la nouvelle interdiction du président est appliqué, les gens ne s’intéresseront plus aux programmes de télévision et de radio, dit-il. Du coup, il iront voir des médias étrangers.” Les Iraniens sont largement équipés en parabole pour recevoir les chaînes de télévision étrangères. Babak Riahipour, jeune guitariste iranien, par exemple, est relié au web. Une toile mondiale qui lui permet de contourner facilement la censure: “le président a dit que ces musiques ne peuvent pas être diffusées à la radio ou à la télévision. Mais on peut toujours trouver la musique qu’on aime ailleurs, affirme-t-il. On peut l’obtenir sur internet, ou on peut l’acheter sur l’immense marché noir de Téhéran…” Difficile donc d’imaginer un retour aux années les plus dures de la Révolution islamique. Une période pendant laquelle la police recherchait et détruisait les cassettes des musiques interdites. Aujourd’hui, les Iraniens n’ont pas l’intention de remettre leurs instruments au placard.