DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak, le jour des visites suprise

Vous lisez:

Irak, le jour des visites suprise

Taille du texte Aa Aa

Remonter le moral des troupes, c‘était l’objectif de la visite de plusieurs responsables occidentaux ce jeudi en Irak. Tony Blair a serré des mains à Bassorah, là où les 8000 soldats britanniques sont basés, au cours d’une visite surprise, destinée aussi à évaluer la situation militaire et politique de l’Irak, après les législatives du 15 décembre.

Sur le plan militaire, un retrait progressif dès 2006 est envisagé par le Premier ministre, mais pas question de donner de date, la condition c’est avant tout que les Irakiens soient capables d’assurer leur sécurité. Il y a donc eu cette visite britannique à Bassorah, et deux autres visites, à Bagdad cette fois, celle du Premier ministre polonais, qui doit se prononcer cette semaine sur le maintien de son contingent, et celle de Donald Rumsfeld. Le secrétaire américain à la Défense s’est exprimé sur la situation politique de l’Irak. Selon lui, le processus après les élections prendra du temps. Tout ne sera pas résolu facilement.

D’autant plus que déjà certains Irakiens contestent le scrutin. 35 partis, allant des sunnites aux chiites laïcs, ont tenu une conférence de presse pour rejeter les résultats partiels des législatives. Ils menacent de boycotter le prochain parlement, réclament une commission d’enquête internationale et demandent de suspendre la commission électorale.